prometheus_1

Pour cette nouvelle critique, on va aborder une saga culte, ou plutôt deux sagas cultes puisqu’il s’agira d’Aliens et de Predator. C’est sous l’enseigne de Wetta Sunnyside en France (Dark Horse Books aux USA) que ces deux monstres mythiques, pour tout fan de SF qui se respect, vont se rencontrer. Le premier tome dont je vais parler ici s’appelle Prometheus et va donc traiter de la genèse des Aliens, et des fameux Ingénieurs.

Pour ma part, même si j’ai une petite préférence pour Predator, j’aime beaucoup les deux univers, et or mis les films de ces dernières années (dont une partie n’était pas exceptionnelle), il faut dire que l’on avait eu peu à se mettre sous la dent. C’est dans le courant de l’année 2015 que l’éditeur américain a publié 5 tomes d’une saga appelée « Fire and stone » (ou « Le feu et la roche » en français) qui allaient retracer les différentes péripéties de nos deux fameuses créatures.

Le premier Volet traite donc des Ingénieurs qui seraient à l’origine des Aliens, mais aussi de l’humanité. Le second est centré sur les Aliens, le troisième sur Predator, le quatrième est l’affrontement entre les Aliens et les Predators et enfin le dernier est nommé Prometheus OMEGA. Il était assez difficile d’obtenir le premier volet sur Amazon, car seules des versions d’occasions étaient disponibles et à des prix totalement exorbitants (plus de 300 €). J’ai donc envoyé un mail à la société Wetta Sunnyside pour savoir s’ils comptaient réapprovisionner les distributeurs sous peu.

Je suis tombé sur Frédérique qui m’a expliqué qu’un intégral allait sortir l’année prochaine dans le courant de l’été et qu’ils ne comptaient donc pas fournir de nouveaux exemplaires des tomes séparés. En revanche, ce dernier m’a très généreusement donné 5 codes me permettant de télécharger les versions numériques gratuitement directement sur leur site. Je tenais donc encore à le remercier, et je tiens à préciser qu’il ne m’a en aucun cas demandé de faire la critique, et encore moins d’avoir obligatoirement un avis favorable.

prometheus_2

L’histoire (SPOILERS) :

Commençons donc avec ce premier volet. Prometheus a déjà été adapté sous forme de film en 2012 par Ridley Scott en personne, et pour ma part, même si beaucoup ont critiqué ce film, je l’ai bien apprécié. C’est donc avec entrain que j’ai commencé la lecture de ce tome.

Tout d’abord, il faut savoir que l’histoire du comics est assez éloignée du film. Je ne vais pas vous refaire un résumé de la version cinéma (je vous laisse aller voir le film de ce pas si ce n’est pas déjà fait), mais dans le comics, nous avons le droit à une tout autre approche. En effet, nous découvrons une équipe cryogénisé depuis plusieurs années et ayant comme objectif d’aller récupéré les infos d’un vaisseau terrien écrasé sur une lune désertique. Le tout se déroule sur un fond de reportage (certains plans font donc penser à une prise vidéo via une caméra).

prometheus_5

Seulement, si l’équipage pense à une simple mission de routine, le capitaine a surtout comme objectif de découvrir quelle vie extraterrestre est à l’origine de la disparition d’un autre groupe d’humains quelques décennies plutôt. Une fois arrivé sur la lune, l’équipage se rend vite compte que ce n’est pas si désertique que cela, car une faune et une flore denses sont déjà présentes. Ils vont chercher le fameux vaisseau et tomber sur celui des Ingénieurs. Seulement, en trouvant le vaisseau humain disparu, et en l’ouvrant, ils libèrent des Aliens, qui vont s’empresser de leur faire une misère pendant plusieurs heures.

C’est donc la cavalcade pour fuir de cette lune et les trahisons entre membres de l’équipe vont se multiplier, montrant que l’instinct de survie humain n’a aucune pitié. Je vais coupé court afin de limiter le spoil au maximum et clore en disant que la fin induit explicitement une  suite puisque certains membres sont retournés sur le vaisseau en orbite, alors que d’autres sont encore coincés sur la lune.

Mon avis :

Tout d’abord, je dirai que ce premier tome est un peu court. Il fait 85 pages, et j’avoue trouver cela un peu juste pour initier une saga aussi célèbre. Pour ma part je pense que mettre 100/120 pages aurait été un choix plus judicieux. Mais soit, c’est la volonté de Dark Horse Books d’avoir introduit la chose comme cela. Concernant les dessins, je dois avouer qu’ils sont nets et précis. Le gore est là, mais sans exagération. Les décors sont bien travaillés, mais certains plans sont assez inégaux en terme de détails.

En ce qui concerne le scénario, Paul Tobin (oui je vous avais fait la critique d’une saga d’artbook qu’il a orchestré ces dernières années : White Cloud Worlds) ne prend pas de risque. Le tome étant assez court, il n’a pas trop le temps de s’étendre sur l’exploration du vaisseau des Ingénieurs et accentue plus son arc sur la survie de l’équipage. Il aborde également grandement le thème de la trahison, les humains en étant toujours les auteurs, mais pas forcément les seules victimes. Les dialogues ne m’ont pas forcément marqué même s’il y a des choses intéressantes.

prometheus_4


Pour conclure, je dirais que ce premier volet nous chauffe au démarrage pour nous laisser doucement refroidir en cours de route. Le dessin est bon, la traduction de Wetta Sunnyside ne souffre d’aucun défaut apparent, mais le scénario est un peu trop léger et trop téléphoné. Il reprend quelques bonnes idées du film, mais ne creuse pas assez et ne développe pas les points qui intéresseraient les fans, notamment sur les Ingénieurs et leurs technologies. Cependant, si vous êtes un fan endurci comme moi, je vous conseillerais quand même d’y jeter un œil afin de vous faire votre propre idée. Qui plus est, la suite sera peut-être un cran au-dessus puisque chaque tome à un scénariste et un dessinateur différent.

Concernant la qualité de l’éditeur, ayant eu la version numérique, je ne peux pas me prononcer pour le produit d’aujourd’hui. Néanmoins j’ai acheté le « Aliens 30th Anniversary » du même éditeur, et le produit est de très bonne qualité (bientôt sur The Art of Artbooks) !

Points positifs :

  • Un bon coup de crayon ;
  • L’univers Aliens dans un comics récent ;
  • On aborde bien les différentes thématiques de l’univers ;
  • Les Aliens très bien modélisés.

Points négatifs :

  • Certains décors sont de qualité variable ;
  • On aurait aimé un scénario plus poussé et plus sombre, 85 pages c’est trop court.