descender-tome-2-1

J’avais adoré le premier tome, car cette licence était clairement pour moi l’une des meilleures de 2016, c’est donc avec joie que je me suis empressé de lire le second volet des aventures de TIM-21. Fleuron de la SF comics, en tout cas pour moi, je vous invite donc à regarder la critique de ma première critique avant de passer à celle-ci. Ce deuxième opus est très bon, mais malgré tout un cran en dessous du premier.

Pour ce second volet, c’est toujours le génial Jeff Lemire qui est au scénario et le talentueux Dustin Nguyen qui est au dessin. Le duo avait effectué une très belle performance avec le tome 1 (que je vous conseille vivement d’aller bouquiner avant de continuer à lire cette critique) tant par son script space opera à la fois très proche d’un livre et d’une série TV, mais également par sa patte graphiquement hors-norme. Une très grande attente était née, chez moi et d’autres lecteurs, suite à ce début d’histoire et c’est donc avec hardeur que je me suis lancé dans ce tome 2.

descender-tome-2-4

 La forme :

Concernant la forme, ça sera du rapide puisqu’il s’agit du même format et du même type de produit que le premier tome. Toujours produit par les éditions Urban Indies, c’est donc un produit sûr. La qualité est toujours bonne avec une couverture rigide comme Urban sait les faire, et quelques pages de fin dédiées à des artworks ou des couvertures alternatives.

Le prix officiel est de 14 € contre 15 € pour le premier volet. C’est toujours un euro de gagné, mais sans avoir réellement vérifié, il me semble qu’il y a un peu moins de pages dans ce tome 2.

urban_indies

Le fond (SPOILERS) :

Passons donc rapidement en revue ce qu’il se passe dans ce numéro nommé : « Lune Mécanique ». Tout d’abord, ce titre fait référence à la cité métallique construite par la résistance robotique que nous découvrons à la fin du tome précédent. Si le premier numéro installait une bonne pression et mettait en place les différents mystères avec des personnages variés, ce second opus nous permet de voir l’évolution et de nous rendre compte que tout est plus ou moins lié.

Ainsi, on retrouve le fameux Andy, compagnon humain de TIM-21 qui a bien grandi depuis l’attaque meurtrière de sa station lunaire, plusieurs années auparavant. Ce dernier, devenu chasseur de robots (ou liquidateur) apprend que son ami d’enfance est toujours vivant et décide de suivre ses traces afin de le retrouver. De leur côté, les Gnishiens ont élu le prince comme nouveau roi suite au décès de son père, assassiné par le leader de la résistance robotique.

descender-tome-2-3

Finalement, on suivra 3 points de vue. Celui de l’équipe de TIM-21 avec le Dr Quonn et la fameuse capitaine Tesla, celui d’Andy qui récupérera au passage le chien robot, le gros robot foreur et l’un des membres de la CGU, et enfin celui des leader du CGU toujours en plein questionnement quant à ce qui s’est passé sur Gnish.

Pour moi, ce deuxième tome se repose beaucoup sur les acquis du premier et ne révèle finalement pas grand-chose si ce n’est la vénération que les robots rebelles vouent aux moissonneurs (et gardant l’un d’entre eux, inanimé, dans une sorte de temple), tout en continuant de rechercher le serveur fantôme qui stockerait les âmes de leurs frères disparus. On a pas mal de flashback pour avoir un peu le point de vue d’Andy lors de l’attaque qui l’aura obligé à fuir la base lunaire, mais également quelques informations par-ci par-là sur le conflit qui se prépare entre le CGU et l’empire Gnishien.

descender-tome-2-2


Descender : Lune mécanique n’est pas une déception, loin de là, mais il descend d’un cran la tension du premier volet. Celui-ci s’ouvrait sur une extermination partielle des habitants de la galaxie et finissait sur une révélation prenante : les TIM sont issues d’une technologie extraterrestre « inconnue ». Ici, on suit simplement la continuité du premier volet, scénaristiquement parlant il n’y a rien d’incroyable et malheureusement, une grande partie de l’action se déroulant sur la lune artificielle des robots rebelles, les décors sont souvent blancs et fades.

Je pense que si vous avez aimé le premier, vous devez continuer avec celui-ci, car la suite reste prometteuse, mais vous aurez une légère impression de stagnation après la montagne russe de sensation qu’a été « étoiles de métal ».

Points positifs :

  • On en apprend plus sur l’histoire de TIM-21 ;
  • Andy de retour, et il a bien changé ;
  • Un format toujours très proche d’un space opera littéraire ;
  • Une patte artistique toujours maîtrisée ;
  • Le côté poétique et envoûtant toujours présent.

Points négatifs :

  • Un coup de mou au niveau du scénario ;
  • Des dessins plus fades malgré tout.